Abbé Domingo Eyherabide

Abbé Domingo Eyherabide
Abbé Domingo Eyhérabide 1923-2016
Mot d’accueil par une petite nièce :
Otto,
Tu m’as dit souvent qu’une prière, une pensée était source de réconfort et d’union
Grâce à toi, j’ai eu la chance d’aller aux JMJ en Australie . Quand j’avais 15 ans tu m’as dit que pour prier je pouvais le faire à l’église mais qu’il n’était pas essentiel d’aller à l’église, que je pouvais le faire sous un chêne.
Je me rappelle les prières à la Vierge que nous faisions avec toi le 15 Août lorsque toute la famille se retrouvait « bortian »
Tu nous as appris la gentillesse, l’ouverture aux autres, l’importance de l’entraide car tu étais toujours bienveillant avec les autres et tu avais toujours la bonne parole pour réconforter, sans jamais élever la voix
Tu étais d’une grande ouverture d’esprit, toi qui étais à l‘écoute même si l’autre était loin de la foi
La famille comptait beaucoup pour toi et tu nous as beaucoup aidés et nous avons été toujours très proches de toi car on sentait que tu nous aimais beaucoup.
Tu as été notre berger, un berger qui anime son troupeau, le mène avec sagesse et ramène les brebis égarées
Merci Otto !

Homélie (textes choisis par l’abbé lui-même) Actes 2, 42-47 ; St Luc 24
« Je fais confiance au Seigneur, parce que je le sais bon et miséricordieux. Je continuerai à prier pour les membres de ma famille et tous ceux que j’ai connus et servis dans les diverses paroisses où j’ai été envoyé. »

Ces mots du testament de l’abbé Domingo Eyhérabide sont comme un résumé de la vie de ce fils de Suhescun, de ce prêtre du diocèse de Bayonne, de ce membre d’une famille humaine qu’il adorait, de ce membre de cette famille église qui, sous la houlette du pape François nous permet d’accueillir et de répandre la miséricorde.
Domingo a choisi comme texte d’évangile le passage des disciples d’Emmaüs dans l’évangile selon st Luc avec cette phrase qui a inspiré les auteurs du magnifique cantique « gurekin egon, gurekin Jauna » qui est un chant de Pâques, Pâques ce cœur de notre foi chrétienne.
Le soir de Pâques, deux disciples sont dans la nuit du doute, dans le brouillard que cause la peine de la mort de leur ami, de leur maître, de leur Seigneur.
La tentation est de s’isoler et même là, ils seront rejoints par Celui qui les écoute, leur explique l’Ecriture, leur partage le pain et ainsi les remet sur le chemin du retour vers ceux qu’ils n’auraient pas dû quitter. Nous avons là, le résumé de la foi : le Christ qui écoute, qui donne un sens à l’histoire vécue, qui ouvre l’Esprit, le cœur, la main pour accueillir le Corps du ressuscité, donnant l’espérance, poussant à retrouver les autres pour un échange de foi, d’espérance et d’amour.
Dominique Eyhérabide a essayé d’être prêtre de Jésus Christ, avec d’autres, dans cette Eglise, notre Eglise. Cette Eglise qui, par le Concile a retrouvé les racines de la foi chrétienne, pour se mettre à l’écoute , comme le Christ qui avant de parler écoute et parle après pour faire jaillir l’espérance qui ne déçoit pas. Avant le concile, il a été professeur à St Louis de Gonzague et même économe de cet établissement qui avait fait la « une » de l’actualité avec ce qu’on appelle l’affaire Finaly qui avait valu à Domingo quelques jours de vedetariat et de surnom, qu’il assumait avec humour et un secret bien gardé, sur le fond de l’affaire.
Puis c’est Hasparren, où il trouve Pierrot Carçabal et son frère Henry, Pierrot né à trois jours d’intervalle qui sera jusqu’au bout comme un frère, frère dans la pastorale de l’époque, frère supplémentaire, sans enlever les liens très forts avec ses propres frères et sœurs. Il faudrait donner la parole à tant de jeunes de l’époque, du patro, de la clique, des mouvements d’action catholique, des acteurs des kermesses de l’époque, des Zalaitars…
Puis c’est l’arrivée en Amikuze, curé d’Arberats, Arbouet, Camou, puis vicaire Econome de Béhasque…paroisse où le jeune curé plein d’ardeur crée une communauté vivante, jeune et dynamique, là aussi que de souvenirs, et d’amitiés créées.
Puis c’est l’époque surprenante pour lui : il devient responsable du Centre d’études rurales de Frantsesenia à St Palais : que de souvenirs, que de relecture de ces temps où la formation des ruraux prend un élan nouveau dont les fruits sont encore visibles dans beaucoup de lieux. Puis 19 ans de présence à Ustaritz, avec Arruntz dans ce qu’on appelle désormais sous-secteur. Ustaritz capitale du Labourd, sinon du Pays Basque. Hemeretzi urtez ainitz lan egin ditu Domingo apezak. Kontzilioaren ondotik, meza euskaraz, biblia barnatu behar, Jainkoaren hitza xurgatu , sakramenduak hobeki preparatu, bataiatu guziak misionest bilakatu behar eta lagundu…Lan hortan, Eyhérabide erretorrak egin du lan eta hor zirezte, ainitz parropiant, berdin adixkide bilakatuak…han ainitz laguntza eskatu eta ukan ditu, apez etxean laguntzaile ukan dituen Mayi iloba eta familiatik haste.
Eta gero hogoita bi urtez Donibane Garazi, apez laguntzaile, bereziki xahar eta erien bisitatzaile, omore on emaile, eta sakramenduen emaile…Pendant 22 ans, celui que tout le monde appelait l’abbé Domingo a parcouru à pied, en voiture puis en se laissant conduire car il avait eu la présence d’esprit d’abandonner la voiture, il a parcouru, tous les quartiers, les maisons, de la paroisse devenue en 1998, paroisse Garaziko San Frantses Xabier, où en 2004, il avait accepté avec beaucoup d’humour le titre de « prêtre auxiliaire » non pas « fromage déclassé » comme disaient certains confrères mais celui qui aide, qui est présent, celui qui a tant de chauffeurs, de taxis …il a besoin qu’on lui mette une rampe pour monter les escaliers sans tomber, il a besoin d’avoir autour du bras « la présence verte », il est là, fidèle au poste, pour accueillir, écouter, réconforter, raconter quelques histoires… il est l’aumônier des maisons de retraite, aumônier de la vie montante MCR, aumônier à l’HBB, fier de toutes les équipes sans oublier le nouvel aumônier, Philippe paroissien d’Ustaritz devenu prêtre, que de souvenirs de photos des pèlerinages à Lourdes, il est aussi aumônier des équipes « Cancer espérance »…
La famille Eyhérabide s’est agrandie, la famille des amis est sans frontière, Arditeya est devenue le havre de paix, de la famille des prêtres retirés du ministère, mais pas mis à la retraite ; il est avec ceux qui accueillent la parole de Dieu, la vivent, la partagent et sont témoins de cette vérité : le Seigneur est vraiment ressuscité..le cri de Pâques des disciples d’Emmaüs a été celui de Domingo.

Domingo a quitté cette terre au soir de sa fête « St Dominique », il rejoint le caveau des prêtres de Garazi la veille de son 93ème anniversaire qui est demain…Qu’il retrouve cette éternelle jeunesse, lui qui rêvait d’aller dans la nouvelle maison paroissiale, qu’il entre dans la maison des sauvés, où il retrouve les prêtres qu’il a connus, ses parents, ses frères et sœurs, ceux qu’il a accompagné lors des obsèques. « Domingo idatzi duzu konfientzia badut Jainko urrikaltsuaren baitan, eginen dut otoitz…egizu otoitz, ez zaitugu ahantziko, ikus arte Jauna baitan, milesker, xaude bakean. Amen.

Prière universelle
Entzun Jauna egungo otoitza
Seigneur Jésus, accueille Otto apeza, donne-lui le bonheur éternel.
En te disant merci pour tout ce que nous avons vécu avec lui, comme rencontres, comme sacrements reçus, reçois le avec tous ceux que nous avons connus et aimés et qui l’ont précédé auprès de Toi ; ensemble nous te prions.
Entzun Jauna egungo otoitza
Seigneur Jésus, nous te prions pour toutes les personnes et groupes de chrétiens que l’abbé Eyhérabide a aidés dans les diverses paroisses et lieux où il a été prêtre. Donne-leur de continuer à être fidèles au Christ ressuscité et témoins de Dieu miséricordieux.
Ensemble, nous te prions.
Entzun Jauna egungo otoitza
A quelques jours du 15 août, nous te prions Seigneur pour tous les membres de l’HBB , hospitaliers, aumôniers, bénévoles, malades, handicapés, personnes âgées que l’abbé Domingo a accompagnés et soutenus.
Donne-leur et donne nous de garder l’espérance et d’en témoigner chaque jour. Avec la Vierge Marie, nous te prions.
Entzun Jauna egungo otoitza
Seigneur, l’abbé Eyhérabide a écrit qu’il « continue à prier pour nous »
Accueille sa prière et donne-nous par son intercession,
de ne jamais désespérer, d’être fidèle à notre vocation
de prêtres, religieux, religieuses, fidèles laïcs
et de savoir garder l’humour qui permet souvent de surmonter les difficultés.
Ensemble, les uns pour les autres, nous te prions.
Entzun Jauna egungo otoitza



  • Partager :