Les églises de Saint-Jean-le-Vieux

Saint Pierre aux Liens

St Jean le Vieux/Donazaharre possède une église très ancienne dédiée à St Pierre aux Liens (cf. Actes des Apôtres 12, 1-11) qui rapporte la libération de prison de st Pierre avec des mots qui ressemblent aux textes relatant la joie apportée par le Christ ressuscité
Un tableau peint placé au milieu du rétable rapporte cet épisode da la vie de St Pierre.
St Jean le Vieux est le centre de la Paroisse St Sauveur d’Iraty/Iratiko Salbatore qui regroupe 11 communes autour de St Jean le Vieux (Aincille, Ahaxe-Alciette-Bascassan, Behorleguy, Gamarthe, Ainhice-Monjelos, Lacarre, Bustince-Iriberri, Mendive, Lecumberry, Bussunaritz-Larrasquette, )
Le Porche
Roman construit entre 1100 et 1200.
Les décors du chapiteau de droite sont des végétaux ( palmes, palmettes et volutes)
Les décors du chapiteau de gauche présentent : 2 serpents et un renard (faune du pays)
La décoration est d’inspiration espagnole.
L’église probablement détruite par les troupes de Jeanne d’Albret entre 1568 et 1570, pour convertir les basques au protestantisme, est reconstruite sous le chanoine VIZCAY en 1630 (voir inscription au tympan). Au dessus figure un chrisme récupéré de l’église détruite antérieurement.
Le chrisme est le symbole que l’Empereur CONSTANTIN faisait figurer sur les drapeaux de son armée dans les années 300.
Il s’agit de lettres Grecs : les 2 premières Christos en grec : X (Khi) et P (Ro) au Pays Basque on rajoute un O central un petit S et T pour être plus compréhensible, ainsi que le commencement à gauche et la fin à droite du monde représentés par les lettres Grecs : ALPHA et OMEGA.
**********************************
Cette église a été rehaussée et pourvue de 2 chapelles latérales donnant l’aspect d’une croix latine au 19ème siècle.
Elle conserve néanmoins un aspect Basque-Espagnol avec ses galeries et ses retables. Galeries de bois de style guipuzcoan et labourdin sur 2 étages, résultat d’un accroissement de population au 17ème siècle et évitant ainsi d’agrandir l’église.

Décoration intérieure
En entrant à gauche une vierge à l’enfant (dorée) dont on ne peut connaître la date mais très belle.
Au centre de face un maitre autel récent dédié à Saint Pierre avec le symbole des clés.
Derrière l’autel un grand tableau de la délivrance de Saint Pierre conduit par l’ange hors de la prison où il était incarcéré.
Au-dessus de l’ancien autel 4 retables :
A gauche : Saint Paul avec l’épée qui est censé l’avoir décapité comme un citoyen Romain.
Au centre gauche : la Vierge dans une « Mandorle » ( cercle lumineux qui décore et entoure la Vierge) pour l’honorer.
Au centre droit : Jean-Baptiste avec l’Agneau
A droite : Saint Pierre avec ses clés
Au plafond : au-dessus du centre devant le nouvel autel 4 blasons
L’un représenterait : celui de la famille d’Ignace de Loyola ( 2 loups dressés, chaine issante avec un chaudron .
L’autre : un sanglier passant devant un chêne (famille d’ETCHEPARE) blason fréquemment trouvé au Pays-Basque Sud.
Un autre avec une Tiare et 3 couronnes du pape LEON XIII qui occupait cette fonction au moment du rehaussement de l’église
Un autre est un chapeau d’évêque qui serait celui de Monseigneur DUCELLIER évêque de Bayonne à la même époque.

Les statues de chaque côté de l’autel sont :
à gauche : Saint Joseph et l’enfant Jésus
à droite : un évêque appelé Saint REMI connu avec les anciens rois de France.

La chapelle latérale
à gauche : un vitrail est dédié par la famille APESTEGUY à Saint LAURENT qui est mort en 258 martyrisé lors des persécutions contre les Chrétiens de l’Empereur Romain VALERIEN. Cet archi-diacre moura sur un grill.
Statue de la vierge .
à droite : Statue de Saint JEAN-BAPTISTE avec l’Agneau et un vitrail dédié à Sainte HELENE ( 255 – 327) d’origine modeste elle devient la mère de l’Empereur CONSTANTIN. Elle se convertit au christianisme y entraîne son fils CONSTANTIN et à travers lui l’Empire Romain.

En sortant de l’église
Un crucifix à gauche et une statue de Saint ANTOINE de PADOUE (1195-1231) né à Lisbonne mort à Padoue en Italie.
A droite : une statue de Sainte THERESE de l’enfant Jésus, née à Lisieux (1873-1897) extrêmement connue dans le milieu catholique , est morte au Carmel de Lisieux à 24 ans.


Dernière curiosité
Il existe une clé stylisée dans la pierre à la hauteur de la taille du grand crucifix, une autre existe à l’extérieur droit au-dessus d’une stèle discoïdale crois basque.
Il pourrait s’agir de la marque de paiement au moment de la construction originale de l’église ou d’une référence au symbole des clés lié à Saint PIERRE.
texte André Faurie


Horaires réguliers

LundiMardiMercrediJeudiVendrediSamediDimanche

09h
Messe

09h
Messe

10h30
Messe

LundiMardiMercrediJeudi

09h
Messe

VendrediSamediDimanche

09h
Messe

10h30
Messe

Horaires supplémentaires