Noël, fête de la vraie lumière ; l'enfant Jésus

Noël, fête de la vraie lumière ; l'enfant Jésus

NOËL, FETE DE LA VRAIE LUMIERE, L’ENFANT JESUS

C’est Noël. Mais qu’est-ce que Noël ? Nous pourrions dire beaucoup de choses, mais je dirais que Noël est la fête de la lumière. Qu’est-ce que la lumière ? Regardons autour de nous. C’est le solstice d’hiver, les jours sont courts et nous ne voyons plus beaucoup la lumière. Alors, où est la lumière ? La lumière est dans nos maisons, dans les rues, dans nos villages et dans nos églises. Il y a la lumière du sapin et de la crèche, il y a les guirlandes et il y a aussi les bougies. Cependant est-ce que cela est la vraie lumière ? Non. Ces lumières ne sont que des symboles et témoignent d’une autre lumière, de la vraie lumière. Car c’est à Noël que nous apparaît la vraie lumière. Pourquoi ?
On peut chercher la réponse dans les lectures de la messe de minuit. Dans la 1re lecture, le prophète Isaïe nous dit : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi » (Is 9, 1). Ainsi, nous marchons dans l’obscurité, il y a des ténèbres. Elles sont décrites par le pape François, dans sa dernière encyclique, Fratelli Tutti, au 1er chapitre intitulé « les ombres d’un monde fermé » : l’égoïsme, l’individualisme, le capitalisme sauvage, la crise du coronavirus, la peur du futur ou la perte de l’espérance. Mais Isaïe nous invite à l’espérance : oui, il y a une grande lumière qui resplendit dans notre monde.
Mais quelle lumière ? L’Évangile de saint Jean nous donne la réponse : Jésus est la vraie lumière qui éclaire tout homme (cf. Jn 1, 9). La lumière, c’est Jésus qui s’est fait homme. C’est cela le mystère de Noël. Et à notre tour, nous devons être nous aussi dans la lumière. Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire aimer : « Celui qui déclare être dans la lumière et qui a de la haine contre son frère est dans les ténèbres jusqu’à maintenant. Celui qui aime son frère demeure dans la lumière » (1 Jn 2, 9-10).
Faisons un dernier pas, grâce à l’Évangile de la messe de minuit. Le mot lumière apparaît une fois : « L’ange du Seigneur se présenta devant [les bergers], et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière » (Lc 2, 9). Comme les bergers, dans la nuit de Noël, nous contemplons la gloire de Dieu entourée de lumière. Mais quelle gloire ? Non pas la gloire du monde, c’est-à-dire l’orgueil et l’argent, mais l’humilité et la pauvreté de Jésus, vrai Dieu et vrai homme, humblement emmailloté dans une mangeoire.
Noël ! Du milieu de la nuit une nouvelle lumière est apparue. Réjouissons-nous, car l’enfant de la paix, l’enfant de l’espérance naît dans notre monde apeuré et en crise. Jésus, dans la fragilité d’un nourrisson nous apporte le salut. Quelle consolation, quelle joie ! Joyeux Noël à tous !

  • Partager :